Plan gestion différencié des espaces verts..

LA GESTION DIFFÉRENCIÉE DES ESPACES VERTS ;

 sivy02


DE QUOI S’AGIT-IL ?
la commission environnement. (Mise en page ANRY)

« La gestion différenciée est l’élément clé de la gestion raisonnable.
Elle est à la croisée de tous les chemins qui conduisent à une gestion des espaces verts plus respectueuse de l’environnement.
Quand on fait la lessive, cela semble naturel de séparer le noir, du blanc, le coton et le synthétique. Déjà 4 catégories différentes. Et pourquoi ne pas tout mettre ensemble à 90°C ?
Pour ne pas avoir une garde-robe où tout serait délavé gris, rose, défraîchi, rétréci, abîmé…
De même, traiter tous les espaces verts de façon « traditionnelle » banalise et altère gravement la biodiversité.
Horticole pour la jardinière, écologique pour la prairie, la gestion différenciée diversifie les milieux, la faune, la flore et les paysages.
La gestion différenciée permet à la nature de revenir dans nos communes. »
« Elle permet d’orienter les services techniques vers une gestion du patrimoine vert en harmonie avec le contexte urbain minéral, en différenciant les espaces pour lesquels une gestion écologique est possible. Les espaces où une gestion horticole raisonnée est requise.
Elle tente alors de reconstituer les habitats naturels et d’établir des connexions biologiques dans la commune et avec l’espace environnant… L’utilisation, de plus en plus raisonnée, de produits phytosanitaires ou leur remplacement par des moyens mécaniques, l’économie de ressource en eau, l’utilisation d’un plus grand nombre d’espèces locales plus rustiques, tout cela et d’autres choses encore contribuent à améliorer la prise en compte de l’environnement naturel sur le reste des espaces verts. »
vignette-gestion-diffe

“- Voila ! Sur cette place on peut se demander à quoi ça sert de mettre des engrais ou du désherbant et de tondre cet espace 15 à 30 fois par an ? “

“- Oui, mais on l’a toujours fait ! et puis ça FAIT PROPRE”.

Dans la mise en place de la gestion différenciée, il faut parfois renoncer à la maîtrise horticole et assumer le « mécontentement » de certains riverains. Il faut s’approprier la démarche communale comme une directive professionnelle et la respecter. Chaque année, il faut s’adapter au territoire, essayer, abandonner, avancer sur d’autres secteurs, ne pas penser que changer d’avis équivaut à un échec mais toujours en faire un peu plus pour l’environnement. Il faut expérimenter, il y a beaucoup d’inconnues… C’est le terrain qui donne des réponses…

Sources :
(extrait de ww.gestiondifferenciee.org)